Accueil > Blog > Acheter > Pourquoi acheter à Montréal pour ses enfants ?

Pourquoi acheter à Montréal pour ses enfants ?

06 mai 2019


Votre enfant souhaite venir étudier au Canada et spécialement à Montréal ? 


C’est un très beau projet qui suscite certainement de nombreuses questions. Après l’inscription dans une université, la première et principale de vos préoccupations sera de trouver le logement idéal dans lequel votre enfant se sentira bien. 

Vous vous demandez certainement aussi si la location est la meilleure option pendant tout son cycle d’études ?

 

Pourquoi serait-il intéressant et plutôt judicieux d’investir à Montréal ? Découvrons-le ensemble !


Le marché immobilier montréalais est en progression constante depuis une vingtaine d’années. Montréal, deuxième ville francophone au monde après Paris, a été sacrée championne des villes canadiennes de la croissance économique en fin d’année 2018. Une métropole nord-américaine qui séduit les « Millenials » par son dynamisme, son style de vie et son taux de chômage faible.

 

Montréal figure au 1er rang des grandes métropoles canadiennes pour la compétitivité des prix de l’immobilier 2 fois moins chère que Toronto et 3 fois moins que Vancouver). Les prix montréalais sont également relativement faibles comparativement aux coûts de l’immobilier de certaines grandes villes françaises ou dans d’autres grandes villes nord-américaines.

 

Avec un coût de la vie plus faible, des taux immobiliers faibles et un dollar canadien plus faible que l’euro, vous disposez d’un pouvoir d’achat très intéressant en terme d’immobilier à Montréal.

  

Louer versus acheter, un rapide calcul ... 


Partons de l’hypothèse où vous déboursez environ 900$/mois pour louer un appartement à Montréal à votre enfant.

 

Votre enfant restera en moyenne 5 ans pour compléter son cycle d'études. En louant un appartement durant cette période, vous devrez débourser plus de 54 000 $.

 

Prenons maintenant l’exemple de l’achat d’un studio à Montréal.

 

Prenons comme hypothèse que vous ne voulez pas investir plus de 900$/mois pendant 5 ans, le même montant que celui pressenti pour la location.

Le remboursement de votre prêt devrait alors se situer à environ 737$ et le solde de 163$ en charges et taxes.

 

Vous apportez une mise de fonds initiale égale à 77.000$, qui représente 35% du montant que vous pouvez emprunter auprès d’une banque québécoise en qualité d’investisseur étranger + frais annexes à l’achat de  5.500$ soit 82.500$ d’apport.

Vous pouvez ainsi devenir propriétaire d’un appartement d’une valeur de 220.000 $, qui aura une valeur probable au terme des 5 ans de 280.000 $, en estimant la prise de valeur foncière de votre investissement (+5%/an valeur 2017 et 2018 à Montréal)

 

Résultat 


280.000$ - 82.500$ (mise de fonds et frais d'acquisition) – 120.200 $ (solde dû à la banque à 5 ans) – 54.000 $ (les mensualités et charges payées) = un gain de plus de 23.000$

 

Conclusion 


En louant un appartement pour votre enfant sur 5 ans, vous dépensez 54.000 $.

En achetant un appartement, vous gagnez plus de 23.000 $. 

Une différence sur 5 ans qui permettra même de financer une partie du coût des études de votre enfant !

La nécessité de bien connaitre les différences entre le marché français et québécois

 

On pourrait croire, à tort, que le système français et le système québécois se ressemblent quand il s’agit d’acheter un bien immobilier. Mais les différences sont nombreuses et il est important de les connaitre pour acheter en toute sérénité. La principale différence étant que chaque partie de la transaction est représentée. Le vendeur a son courtier, l’acheteur a son courtier. Il n’y a pas de conflit d’intérêt.

 

Une perception différente de l’immobilier 


Si en France investir dans l’immobilier est vu comme un investissement long terme, la vision au Québec est plus fonctionnelle. L’immobilier est considéré comme un bien de consommation ordinaire qui se dégrade et qui peut être revendu rapidement pour réaliser une plus-value. En savoir plus sur les différences France/Québec

 

Une information accessible et partagée 


L’information immobilière est très facilement accessible en ligne. Vous pouvez connaitre l’hypothèque en cours, le montant des taxes actuelles, l’historique des prix de la propriété, dernier prix d’acquisition versus le prix demandé par le vendeur. En France, ces informations sont plus difficiles à obtenir. C’est souvent à la signature de l’acte authentique que l’on découvre l’ancien prix d’achat. 

Cette grande transparence démystifie le rapport à l’argent et à la valeur. 

 

Française d’origine et canadienne d’adoption, je vis depuis plus de 10 ans à Montréal,  je connais parfaitement les deux marchés immobiliers et suis à même de vous conseiller avec justesse dans votre projet d’investissement à Montréal sans frais pour vous. Et je vous expliquerai pourquoi.

  


Acheter sans être résident canadien ? 


À première vue, acheter un bien immobilier dans un pays sans être résident peut sembler difficile voire impossible. Mais c’est l’un des plus grands avantages comparatifs du pays ! Vous pouvez parfaitement acheter et être financé par une banque québécoise sans être résident canadien. 

 

Cependant, je vous recommande de ne pas minimiser vos précautions. Devant la situation actuelle de surchauffe immobilière à Montréal il est nécessaire d’avoir une bonne connaissance du marché pour éviter d’accéder à des propriétés aux prix faussés. En ayant recours à mes services, vous bénéficierez d’une force de négociation afin d’obtenir votre bien au meilleur prix. 

 

Comment financer votre achat en tant que non-résident ? 


 Obtenir un prêt bancaire dans une institution canadienne est possible pour financer l’achat de votre propriété. Il vous sera demandé de justifier d’une mise de fonds égale à au moins 35% de la valeur du bien pour pouvoir emprunter le solde de l’acquisition. 

 

Les taux d’emprunt sont plus élevés qu’en France mais ils demeurent abordables. 

De plus, seules les banques canadiennes peuvent offrir cette réactivité de financement que le marché actuel impose. Le montage du dossier de  financement ne prend véritablement que quelques jours à Montréal. C’est une réalité !

 

Financer les études de votre enfant à Montréal pourrait ne rien vous coûter, voire même vous rapporter de l’argent. 


Ce projet vous tente ? N’hésitez pas à me contacter au +1 514-560 3850 ou par email pour obtenir plus d’informations.  


Photo : Daria Shevtsova sur Pexel


Partager

Sylvie Rovida

Courtier immobilier résidentiel à Montréal

514-560 3850