Accueil > Blog > Général > Tendances du marché du premier trimestre 2019

Tendances du marché du premier trimestre 2019

21 mai 2019

Le marché immobilier Montréal 2019 a entamé sa saison active avec une continuité du fil de transactions au premier trimestre. Les analyses prévoient que le marché poursuivra sa croissance à l’été et l’automne. Plusieurs facteurs et mesures incitatives contribuent à cette effervescence. Voici des détails concernant le premier trimestre 2019, et un aperçu de la tendance de l'immobilier à Montréal.


Rapport du marché immobilier à Montréal au premier trimestre 2019


Le centre-ville de Montréal fascine autant les jeunes professionnels que les retraités. Les acheteurs fortunés, investisseurs étrangers et étudiants universitaires apprécient ce secteur pour son effervescence et l’abondance de services. 2019 connaîtra probablement une autre année record. Les propriétés les plus prisées consistent en des maisons de ville, penthouses et condominiums, de même que de maisons unifamiliales (en plus faible proportion).


Une percée est observée dans certains arrondissements de primeur, tels que Mont-Royal, Sud-Ouest et Griffintown. 


Outremont et Westmount charment grâce à l’architecture historique de propriétés de prestige caractérisées par de grands lots. Celles-ci s’harmonisent avec de vastes espaces verts.



L’Ouest de l’île attire de plus en plus de familles (originaires de la Chine ou d’ailleurs) à la recherche d’une propriété au bord de l’eau, entre autres dans West Island.



Plusieurs quartiers de l’Est attirent sont également en pleine expansion, dont Hochelaga-Maisonneuve et Rosemont.



Tendances des prix immobiliers Montréal



Le marché montréalais se porte si bien qu’il affiche une meilleure performance que les villes de Vancouver (en Colombie-Britannique) et Toronto (en Ontario), en termes de hausse des ventes. Le taux d’appréciation s’élève à 8,1 % dans la métropole et 5,5% dans le Grand Montréal. Ces chiffres sont largement supérieurs à ceux observés à Vancouver (-1,5 %) et Toronto (3,4 %).



Alors que ces trois marchés s'avéraient peu comparables jusqu’à maintenant, la situation pourrait évoluer, puisque le marché montréalais subit des pressions pour possiblement devenir une zone en surchauffe.



Le ministère des Finances du Québec surveille d’ailleurs le nombre de transactions résidentielles effectuées par des résidants étrangers (surtout des Chinois). Ces activités ont augmenté de 50 % au cours des deux années. Cela démontre une certaine tendance immobilier Montréal, toutefois la proportion de transactions totales demeure circonscrite aux copropriétés de luxe concentrées dans le centre-ville. Cela consiste en 3,4 %, tandis qu’en 2006 ces activités représentaient 1,7 %.



Les analyses ont identifié plusieurs facteurs contribuant à l’effet fructueux du marché et rehaussant l’attractivité du marché immobilier Montréal 2019 :

  • L’économie est stable, voire en croissance. De plus, les universités rapportent un nombre record d’étudiants inscrits à leurs établissements;
  • La perception de la ville a changé. La métropole bénéficie d’une meilleure réputation, notamment en raison de la croissance technologique, l’industrie de la livraison et le tourisme;
  • Le coût de la vie abordable constitue un élément clé;
  • Le nombre de ventes s’est accru par rapport aux inscriptions.
  • Un nouvel accord entre les États-Unis, Mexique et Canada, est entré en vigueur.
  • Le taux d’inoccupation des logements est restreint, oscillant autour de 1,9 %, alors que la demande est plus élevée, soit 2,2 % par année.
  • Il ne serait pas étonnant d’observer une accélération de l’intérêt des acheteurs étrangers pour Montréal, étant donné l’ajout de plusieurs vols directs entre Montréal, Shanghai et Pékin.


Prix par secteurs


Les prix immobilier Montréal sont en plein boom dans Montréal Centre : en hausse de 11,8 %, avec un prix médian de 739 032 $ pour les maisons à deux étages. La Rive-Sud obtient une hausse de 7,2 %, avec un prix médian de 462 497 $.



Dans l’Est de Montréal, les maisons de plain-pied bénéficient d’une hausse de 7,9 %, pour atteindre un prix médian de 372 500 $.



Quant aux appartements en copropriété, ils ont également connu une hausse notable des prix, en particulier dans Montréal Est avec 8,3 %, alors que la Rive-Nord enregistrait une hausse de 6,9 %. Des résultats semblables ont été enregistrés sur la Rive-Sud avec 6,4 %.


Faire appel à un agent immobilier est important



Alors que les analystes prévoient une continuité de la croissance des prix immobilier Montréal, les maisons unifamiliales des arrondissements centraux de l’île devraient être plus touchées par la pression haussière sur les prix que d’autres types de propriétés.



Dans un tel marché, il est important d’être accompagné par un courtier immobilier pour obtenir de conseils avisés en terme d’analyse et notamment de pouvoir bénéficier de son expérience de vente en situation de surenchère (multi-offres pour un même bien).


Sources utilisées pour rédiger cet article : Données de la fédération des chambres immobilières du Québec et  


Partager

Sylvie Rovida

Courtier immobilier résidentiel à Montréal

514-560 3850